mardi 7 avril 2009

Miscive à ma grande fille


Mon premier bébé m’est arrivé par le truchement d’une drôle de cigogne. Un gros oiseau un peu trash avec une aile cassée et un gros cigare qui ne se nourrissait que de chocolat cheap et de café instant .
Un volatile sans grâce mais avec un cœur gros comme ça et il s’est dit :
-" Tiens, cette petite jeunesse là elle fera surement l’affaire, moi j’en peux plus de voler avec ce beau paquet d’amour là, chu fatigué viarge"
Et plop ! Un paquet déjà trop barouetté se faisait domper avec son p’tit baluchon chez moi, moi justement au sortir d’ aventures à la sauce "ben-poquée" mais pleine de candeur encore …
Fiouuuuuuu parcequ’aujourd’hui, je survivrais jamais à un truc pareil …
Mon vieux cœur ne s’en remettrait pas de se faire écarteler de la sorte !

Imaginez le scénario digne d’un roman Harlequin, revu et corrigé par Fabienne Larouche, ça donnerait à peu près ceci :

C’t’une fois un gars tout ce qu’il y a de plus ordinaire, gentil, pas particulièrement beau, pas particulièrement lette qui finissait sa soirée aux danseuses et qui se fit emberlificoter le cœur et le porte-monnaie par une déesse d’ébène bien décidée à se faire la vie plus simple que celle avait déjà trop subie .
Après de fausses déclaration d’amour et d’aglutinerie, les deux tourtereaux ont déjà un Polichinelle dans le tiroir caisse d’annoncé, même un peu trop vite mais bon …
Le Polichinelle en question n’est pas de notre bougre mais la Déesse s’en défend bien et s’ensuivent des mésaventures innommables qui font qu’on renvoie la Reine des Amazones dans sa Savane onise …
Reste que le gentil monsieur se retrouve avec une belle petite schtroumphette sur les bras et même s’il l’aime déjà, il est désemparé et a besoin d’aide …
La fille d’un ami pourra l’aider peut-être … La fille d’un ami peut en effet l’aider.
Elle et son Mr L’Ours de chum ont des horaires sans queue ni tête, on besoin d’un peu de fric et ont de la place dans leur maison et dans leurs âme. Mr L’Ours a déjà torché des mouflets venant d’une famille nombreuse et la fille a gardé plein d’enfants dans sa tendre jeunesse.

Mais tout ça prend une tournure inattendue : Tout le monde tombe amoureux !
Les deux semaines se transforment en deux années, Mr L’Ours se transforme en Mr Minou au contact de c’te p’tite bête juste trop adorable et moi … Pffffffffffff … Moi je fonds tous les jours un peu plus . Le Papa fait sa job de Papa les fins de semaines et les retrouvailles sont toujours plus que joyeuses le Dimanche soir.

Pendant ce temps, le Papa fait tout en son pouvoir de désespéré d’amour pour ramener sa Tigresse au bercail et quand le jour J arrive, mon monde à moi s’écroule.
La Tigresse veut ravoir sa fille, ne veux plus que je la voit, ne reconnais plus son bien vu qu’elle a tant changée à mon contact et celui des autres, la Tigresse veut ravoir ses lettres de noblesses, son certificat maternel.

Seule la coupure nette-frette-sec est entrevue comme solution à la récupération de l’amour de sa progéniture, le Papa ne s’obstinera jamais.
La derniere fois que j’ai vu ma petite bundle of joy c’est quand le mien de Tiku de mes entrailles bénies est arrivé et que ma grande fille, qui m’avait tout appris les rudiments de la Maman, avait eu droit à une visite courte, si stérile, remplie de retenue de ma part pour protéger mon pauv’ti cœur meurtri et ne pas lui créer d’attentes impossibles à respecter.

J’en veux à la maman Tigresse de m’avoir enlevé ma fille, mais je la comprends d’avoir voulu récupérer la sienne.
J’en veux au Papa qui a laissé faire ce kidnapping virtuel mais je le comprends d’avoir souhaité la paix apres toutes ses guerres.

Mais le destin est un drôle de luron …

Un coup de téléphone d’un vague Papa ami de mon père qui me retrouve et qui m’appelle pour m’annoncer qu’il sera grand-père …
Ni un, ni deux, j’appelle, je parle, vite, heureuse, mais qui est donc cette femme au téléphone ?
C’est la mère d’un petit Rafael merveilleux qui m’a accueillie à bras ouverts, lui du haut de ses treize mois a fait pareil, dans des retrouvailles toutes animales avec Mon premier bébé, animales parce que je me suis prise à la renifler au plus profond de mon âme en la serrant dans mes bras, parce que je retrouvais ma petite fille en piétinant de joie.
Le temps passé à se retrouver, à crouncher et bécoter le sien de bébé, à échanger avec le jeune nouveau Papa, je me suis coquettement affublée du nom de Matante en ce bel après-midi mais une chose est certaine ce soir plus que jamais, je suis assurément Grand-mère !

Et cette fois, on ne m’enlèvera plus jamais ma grande fille.
No way.
No way.
Mwen mré ou empile doudou !
xxx

4 commentaires:

LeDZ a dit…

Parce que la vie vaut beaucoup plus qu'un téléroman. Wow Shirley... c'est vraiment touchant cette histoire !

Morgane a dit…

J'ai des frissons partout ! Tu m'as tiré des larmes. quelle détermination !

Delphine Gélinas a dit…

Oufff....Ok je pleure...Je t'aime ma soeur xxxxxxxx

v anessa a dit…

Je t'aime beaucoup aussi !! Tu mas manqué énormément et je ne te quitte plus des yeux ça tu peux en être sure !!