jeudi 26 février 2009

Que le fruit de votre travail soit béni


Loin d’être des saints, mais de vrais humains qui se frottent à d’autres.
Certains ont fait la différence d’autres auront réussis à nous dégouter de la matière qu’ils enseignaient.
La plupart sombrent dans l’oubli.

Mais en ces temps de critiques du système académique, dans cette ère de montée de violence en milieu scolaire, dans cette soupe infâme qu’est le laisser-aller et un certain lâcher-prise généralisé, j’ai une pensée pour ceux et celles qui rentre une heure plus tôt et qui quittent une heure plus tard ce lieux de vie qui bouillonne parfois un peu trop.

Les profs (bons ou pas), les gens du service de garde, les conseillers, les thérapeutes, les directeurs, leurs adjoints, les secrétaires, le concierge et les bibliothécaires ont malgré tout, toute mon admiration.
On leur en met beaucoup sur le dos, nous, société, parents et gens bien pensants dans notre salon devant un journal quelconque …

Comme les « commenteux » de hockey qui appellent aux Amateurs De Sport, on a donc la vérité nous !
On est donc ben conscients nous autres et pas eux, devant cette situation dégradée.
On l’a donc la grande liste de critiques nous autres, c’est donc ben niaiseux des profs, on ferait donc mieux, nous autres !

Drôle, ces même personnes là n’ont JAMAIS de vraies solutions
.
Drôle, on n’entend jamais d’histoire de profs qui pètent une coche.

Malgré tout le « Bullyisme » dont j’ai été victime toute ma jeunesse, j’ai eu la chance d’avoir su développer un peu d’humour, un peu d’agressivité (ok un peu pas mal) et de me faire de la corne sur le caractère pour affronter la vie dehors avec l’aide de ma famille et de quelques profs mais tous n’ont pas eu cette chance et quand un adulte offre son aide un jeune, quelque soit la situation ou la difficulté, ça vaut de l’or.

Ça valide le sentiment dont le kid est empli face au désarroi et ça lui envoie un signal clair qu’il a besoin de soutient et que ce n’est pas mal que de demander de l’aide.
On en a tous eu besoin un jour où l’autre.
Pour n’importe quoi.

Les profs passent plus de temps avec nos enfants que nous même, parents.
Reste que c’est à nous, parents, de leur inculquer une base solide en vue de passer du temps en milieu scolaire.
Eux, en plus de leurs vies privées, se tapent une nuée de kids avec des bases de plus en plus fragiles en plus de faire leur job de profs …

Honnêtement, je crois encore que ce n’est pas un métier mais bien une vocation et je leur lève mon chapeau bien haut pour leur choix de carrière.

2 commentaires:

Marie a dit…

Merci beaucoup beaucoup beaucoup!

L'ensaignant a dit…

merci beaucoup! ça fait du bien à lire, ce petit bijou-là...