vendredi 4 décembre 2009

Shirley gone fishing


Au moment où vous atterrirez ici, j'aurai surement déjà atterri à l'aéroport de Varadero où un bel autobus vitré-air-conditionné-asceptisé m'attendra avec une tite pancarte portant fièrement le nom exotico-kitsch de l'hôtel-uterus qui me bichonnera, me nourrira, me bercera pour sept jours consécutif comme un petit phoetus précieux dont on doit prendre bien soins.

Accompagnée de mes deux amis en couple fragile, de ma crème, mon paréo et mon bikini, j'aurai peut-être la force de me trainer sur le bout de la plage loin des autres Tabarnacos en vue de me construire un spectaculaire cancer de peau, un foie aux vapeurs éthyliques et un estomac dérouté par tant de bouffe insipide.

Je me tiendrais loin de la piscine si quelques parents irresponsables ayant fait finir l'école plus tôt à leurs enfants erraient par là, car comme tous, nous savons bien que le contact enfant+piscine= hurlements de joie mais hurlements tout de même !
Pas envie de finir à m'expliquer avec un juge la raison pour laquelle j'aurais noyé un bambin aux cris stridents d'une piscine douteuse d'un todo-incluido de Cuba et finir en tôle avec peine amoindrie pour cause de folie passagère ... non ...

J'y vais pour faire le plein de Vitamine D, pour continuer mon beau beat de vacancière, pour faire honneur à ma nouvelle prof de yoga sur la plage et ne penser à rien pour sept jours.
En espérant que le DJ de l'ère de jeu ne trippe pas trop sur Céline Dion et qu'il soit un peu au courant des "trend" latinos en nous passant les derniers hits de raggaton et de salsa. De toute façon mon Ipod n'est jamais trop loin ...

Y'aura surement des photos de mes orteils, de mes drinks, de la piscine, de la mer et du staff, en attendant voici un air aux allurres d'Adieux déchirants mais ne vous y méprennez pas ...
Love you all !!!



1 commentaire:

Rouge a dit…

Chanceuse va ! Profites-en :)