lundi 14 décembre 2009

Déni tout inclus, the Sequel part.1


Rendez-vous avec couple fragile à l’heure des sorties de bar, j’en revenais justement, à quoi bon dormir, me suis-je dis !
Taxi gentil, serviable et envieux qui nous dépose à la première étape de la semaine à venir qui a des airs de retour en enfance et/ou de CPE pour adulte, lunchs, biberons, activités et dodos au programme.
Joyeuse mêlée aéroportuaire, les yeux et les cheveux encore pleins de sommeil qui fait la file bien gentiment, fait ce qu’on lui dit de faire docilement et arrive enfin dans l’utérus-avion où elle attend un peu trop pour que tout semble normal …
Fausse couche ! On sort, Huston we have a problem, on ira dans un autre avion … quatre heures plus tard.


Vaut mieux ça que de ne jamais arriver, me dis-je, sage et moins chialeuse que la moyenne.
Le manque de sommeil commencera à se faire sentir si on mesure les cris et les pleurs des bébés qui se relaient en crescendo a capella pour au moins la moitié du vol. Tiens moi aussi j’ai envie de pleurer tout d’un coup parce que l’appareil s’est mis en mode « machine à laver à spinne » pour l’autre heure qui a suivi au son, cette fois-ci de mes prières à tous les Dieux du ciel et de la terre, de toutes les religions que je connais.

Arrivés dans un Varadero gris et pluvieux, très chaud, le staff nous avertis avec une pointe de panique dans l’œil qu’un front froid est sur le point d’arriver, que ça ne durera que 36 heures, de ne pas se décourager, qu’il fera beau tout de même, comme si ils avaient un contrôle sur la chose, Mignon.

Je ferai quelques généralités ici pour souligner ma 4ieme visite au pays de Fidel et des cigares dans un but bien simple, celui de ne jamais être déçus si vous y aller un de ces 4 :

1- On mange TOUJOURS de façon moyenne à mauvaise, ce qu’il y a sur le menu est souvent différent de ce que vous retrouverez dans votre assiette.

2- La température est toujours la même soit ensoleillé avec passages nuageux, alizés en bonus.

3- Tous les hôtels de 3 étoiles et plus sont fiers de vous annoncer qu’il y a de l’animacionne, du bolley-vall, du Vingo, du AquaYim et des spectacolos au moment du Tshow Taïgne, que vous ne vous ennuierez jamais, qu’il n’y aura jamais de silence et qu’il ne manquera jamais de rhum, que ça vous plaise ou non.

4- À peu près tous les gens qui travaillent ailleurs que sur le site de l’hôtel mais autour de celui-ci, essaieront de vous séduire dans le but de se faire offrir un drink ou deux que vous irez chercher et qu’ils boiront en remerciant le ciel qu’il y aie encore des gens capable d’un peu de délinquance, c’est qu’il fait chaud pour tout le monde et qu’ils n’y ont pas droit, eux, au bar-open !

5- Dans la catégorie « Ils sont chauds les morrons », les grands gagnants sont ex-equo les Quebs,les Allemands et les Russes, les Torontois en deuxième, les Ritals et les Espagnols en bas du podium. Si vous aviez honte comme moi, faites vous passer pour des Finlandais ou des Suédois, y’en a pratiquement jamais, vous ne serez donc pas démasqués.

6-La salsa à Cuba est l'équivalent de la Bottine souriante chez nous. Même si il y a un certain revival de la musique trad ici je vous promet que vous écopperez d'un sourire forcé lorsque vous demanderez ce genre de musique au DJ qui n'a d'oreille que pour le raggeaton et le Hip-Hop Américain et il vous passera du criss de Buena Vista chu pu capab'Social Club ou encore des hits de 1959, comme si je passais Le rapide blanc à la place de Mes Aïeux ... Et pourtant ils et elles dansent tous et toutes comme des rois et reines mais ils l'ont plus souvent qu'autrement appris à l'école de tourisme pour faire plaisir aux visiteurs qui veulent du Puro-Duro ou dans les partys de famille pour faire danser les grand-mères et les mononc'.

Voilà pour les généralités.

Comme je ne suis pas du genre « sport-aquatique » et encore moins « sport de groupe », mon domaine de prédilection pour le temps à tuer dans la garderie ensoleillée est le « PIPOL-WATCHING » et ça, mesdames et messieurs, ça chuis bonne là-dedans !!!
En fait, j’excelle en la matière et je livrerai mon mémoire anthropologique de gomme-balloune dans les jours suivants puisque la liste est trop longue.

Varadero compte 4000 habitants fermes (pratiquement personne de "born-and-raise") et voit passer au plus haut de sa saison touristique 50 000 personnes en manque de temps libre et de coup de soleil.
Donc, je passe tous les bébés-touristes en revue dans mon collimateur , je les baptises, je les scrutes, les étudies, je les catalogues et je les archives tout en prenant soins de partager mes pensées à voix hautes avec mes compagnons de voyage qui eux, malheureusement, n’avaient pas tellement envie de moqueries improductives et gratuites … Oh well, too bad !

Je riais seule souvent en m’ennuyant fermement de mon Zamouri chéri qui est un fin observateur de la faune qui l’entoure et qui est surtout un grand appréciateur de mes niaiseries futiles et superficielles !

Vous aurez mon compte rendu plus tard cette semaine, j’en suis encore à tout mettre à l'ordre sur un document Word, de peur d’oublier des détails précieux comme des diamants !

Allez, vamos !

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Yahoo! j'ai hâte de lire la suite!

djouly Del'Haval a dit…

J'attend la suite!!!!... quel bonheur de te lire.... une semaine c'est trop long!

Rouge a dit…

YÉ ! Un retour !
Les Amoureux, qu'on se le dise (les vrais), sont nos meilleurs publics ! Le mien rit seulement de m'entendre raconter les niaiseries dites en classe, alors qu'il n'était même pas là.
faut dire que j'ai l'exégérationite, c'est une maladie familiale...

melodie nelson a dit…

Bon retour darling! C'est total un bonheur socio-ensoleillé de lire tes observations cubaines!

La Shirley a dit…

La suite s'en vient ! Merci d'aimeer ça ! xxx