mardi 12 mai 2009

Syndrome Tetris


Après avoir terminé le supplice académique de ma tendre jeunesse, l’appel du marché du travail fut strident.
En bonne hyperactive que je suis (je m’excuse à tous ceux et celles que j’ai bousculé dans ma vie), le destin m’a guidé sur la route pavée d’aventures rocambolesques du septième art et finalement, grand bien m’en fasse, je n’ai pas eu à m’obstiner …
J’adore ce que je fais.

Je continue pourtant à croire que l’école, sous toutes ses formes, est là pour nous apprendre à apprendre.
Je me suis sauvée trop vite et j’ai du me débrouiller.
Je me suis sauvée tellement vite que je n’avais pas remarqué le trou béant laissé dans mon petit être qui aurait du être rempli de trucs, d’astuces et de connaissances pour palier aux affres de ma destinée.

Merde !
Me débrouiller, c’est bien beau mais même tout ce que mes parents, Maitres ES débrouillards m’ont refilé comme tuyaux , et ben c’était pas toujours assez …

Alors, à la guerre comme à la guerre …

Je me suis développé mes propres trucs, astuces zé connaissances.
Sauf qu’avec un « buff » de cinq minutes de trouble de déficit d’attention digne d’un certain poisson bleu du nom de Dory, la tâche était Olympienne …

La maniaquerie semblait jusqu’alors d’une infaillibilité rassurante.
Mon amour incontrôlable pour les boites et les contenants se développa à la vitesse de la lumière.
Les étiquettes et étiqueteuses proposées par les marchands m’ont toutes plues.
J’en ai fais une surconsommation pas tout à fait réglée à ce jour.
Filières, racks, cahiers, bouteilles, favoris et documents, tout y passe !

Placer un objet ou une boîte dans un endroit est pour moi un geste d’une gravité et d’un sérieux presque religieux car c’est peut-être la dernière fois que je le verrais …

Une fois les choses en place, les replacer, les brasser, les réorganiser et les réétiquetter ne sont plus de moments rares puisque ma maison bouge, mon boulot change, les amis débarquent, les saisons passent et les enfants grandissent …

Je suis donc, diagnostiquée par moi-même, TETRISOMANE avancée et je vis très bien avec ça.
Je ne prends pas de pilules …

Je retrouve des bébelles oubliées depuis belle lurette et me fais pleins d’auto-surprises !
Mon côté organisationnel est hallucinant de précision, tellement que je me trouve plus moi-même !
Seule la NASA peut me décoder …
Les maux modernes n’ont pas tous de cures …

4 commentaires:

cordeaucou a dit…

C'est contagieux? J'avoue ne pas courir après A(N1H1)-porcine-mexicaine-deLaMortQuiTuePasTantFinalement, mais ta condition pourrait m'être utile.

Comme quoi ça prends de tout les mots de la nature pour faire un homme. (J'ai rien compris aux proverbes, je sais.)

vanessa a dit…

On a tous nos petites obsessions , moi je garde des trucs complètement inutile juste au cas ou j'en aurais besoin un jour .... genre mon livre de français de la 3 année du primaire ou le pantalon éléphant de ma mère ... je crois que j'aurais bien besoin de ta tétrismanie pour m'aider ma classé toute mes cochonneries!!

Delphine Gélinas a dit…

Je peux t'engager pour sauver l'âme de ta nièce adorée? ( un exorcisme ménager ça se peut-tu?) Moi je me soigne avec mon bordel poétique d'artiste contemplative depuis longtemps mais ma fille est imunisée contre mon autorité topologico-spatiale...Sa chambre est une énigme! À l'aide! Chu ta boutt!!!!!

gaudie a dit…

Comme quoi l'éducation a du bon...ça laisse des traces, et je ne m'inquiète pas pour ma petite-fille qui est bordélique...elle sera aussi rangée que sa matante, et si ça se trouve, encore plus maniaque que sa mère-grand qui s'est beaucoup relachée avec les années...mais j'avoue un péché de jeunesse que je n'ais jamais chercher à confesser: je suis folle des papiers. des cahiers, des boites,et je me souviens que je les piquais dans ma jeunesse parce que j'avais pas de sous pour les acheter! Alors de qui tu tiens-ça ma belle!!!!!Inventer un nom pour nos maladies modernes, t'es bonne pour ça!....à proposer à Monsieur Larousse!