mercredi 4 mai 2011

Big Time !

Ça m’arrive de prendre de bonnes décisions. J’ai presqu’envie de me faire une bine affectueuse sur l’épaule gauche pour souligner mon approbation ! Insérer auto-félicitations ici !

Prendre un peu d’économies et les jeter au visage d’une agence un peu fantomatique gérée sur les méandres du web et ce, en moins de temps qu’il ne fallait aux Bruins pour scorer dans le filet de Price, et ben moi ça m’a remplie de joie ! Crac boum hue, on partait 2 jours plus tard !

Ma nouvelle conjointe hebdomadaire était dans le même mood que le mien ; pas le goût de sortir, pas le goût de cuisiner, pas le goût de découvrir les us et coutumes de nos hôtes et encore moins le goût de faire des excursions. Je dis conjointe parce qu’on n’avait surtout pas le goût de repousser du mâle saoul en rut toute la semaine (bar-open oblige) et comme on n’est pas des pichous, ce genre de bestioles préfèrent les duos de filles en vacances une fois bien intoxiqués et c’est donc avec l’accord tacite de ma chum de fille que nous décidions de nous adonner au lesbianisme d’usage, en surface bien sûr (t'inquiète Zamouri !).

Ben pratique ! Ça décourage 99% des messieurs pleins d’ardeurs et de projets charnels. Je suis tout de même assez contente du déroulement des festivités, nous n’avons pas eu à nous frencher goulument devant qui que soit qui aurait douté de nos orientations sexuelles. Une seule demande en mariage et ça a duré 3 minutes 56 secondes, top chrono.

Dans la catégorie « Stage anthropologique », les Todos Incluidos Cubains, Mexicains et Dominicains sont des mines d’or pour étudier non seulement son propre peuple mais ceux des autres, hors de leur habitat naturel. On a un instant cru qu’il y avait soit un conventum Weight Watchers ou un casting pour la prochaine saison de l’émission « The Biggest Looser » au sein de notre hôtel 4 étoiles et demi (on croirait un enfant qui insiste sur son âge , vous trouvez pas ?). Ma copinette et moi étions flaburgastées.

Je ne parle pas ici de femme avec un popotin rond, du bras dodus ou un restant d’embonpoint hivernal, je ne parle pas non plus des messieurs avec un peu de bide,des plis de cou et les joues rondes, non, je parle d’obésité morbide ! Je parle de ventre en tablier, de bras de chauve-souris, de bedons sur le point de fendre qui semblent abriter une couvée de 6 éléphanteaux et de cellulites qui ressemblent aux rues de Montréal, de "muffin-tops" aux genoux qui ferait passer Monsieur Michelin pour un athlète. Je parle de gens qui avaient besoins d’aide pour sortir de leur chaises longues et /ou les écrasaient, je parle de souffles courts, d’assiettes décadentes, de démarches cahin-caha et lourdes, de panique dans les yeux devant la porte du buffet close, de parents qui ne jouent pas avec leurs kids puisqu’ils ne peuvent tout simplement pas se déplacer, je parle de corps éclatés et d’âmes meurtries, de chums qui regardaient ailleurs les femmes plus minces, de blondes amères et froides qui repoussaient leur béluga. C’était, comment dire … atterrant. Canadiens, Allemands, Rushkis ont eu la palme d’or du graillon en overdose, j’ai eu peur pour les jacuzzis ! Jamais je n’avais vu autant de chair lourde, étalée comme un fléau biblique partout où l’on posait les yeux.

Après constatation de cet état des choses, j’ai remercié évidement le ciel et tous ses invités de m’avoir donné des maux de dos plutôt que des excès de masses adipeuses à gérer et nos yeux de Lynx se sont vite lassés de ce spectacle attristant et nous somme passé en mode « Switch-à-Bitch » sur le reste de nos compères. Je n’ai JAMAIS dis autant de vacheries de toute ma vie ! Je suis moqueuse et très critique parfois mais je me garde toujours une tite gêne puisque personne n’est parfait et qu’on est tous le Gros de quelqu’un … mais ! Mais mais mais !!! Là, à part ma Katinanounette, qui pouvait bien nous entendre et nous trouver trop dures ?
PERSONNE !!!

Il y avait longtemps que je n’avais pas ri comme ça. Méchanceté pure, 28 carats ! Fiel affiné Premium Gold ! Langues acérées digne d’un Laguiole neuf ! Comparaisons assassines et gratouillage de bobo dont les Conservateurs auraient été fiers ! Bref, un bitching session qui aurait plu à Howard Stern. Je ne m’en croyais pas capable et ma foi, c’est assez désobstruant du tourment accumulé ! Je vous le recommande ! Promettez moi seulement que vous le ferez avec une amie qui ne s’en servira pas contre vous ensuite. Reste que ce n’est contre personne que nous connaissions …
C’est comme une séance de cri primal, pleine d’esprit et de malice ! HAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!!!!!
Dieu que j’ai rigolé ! Merci Katikatkat ! Tu es très forte ! De la haute voltige de Bitch Slapp !

Quatre livres lus, dont le très marquant RU de Kim Thuy, j’ai ri et pleuré, je le garderai longtemps et ne le prêterai jamais, je l’offrirai plutôt. Comme un plat rare, fabriqué d’ingrédients exceptionnels et choisis un à un, déposés délicatement dans un plat de collection, un repas qui nourrit l’âme et inspire le respect de la cuisinière. Je me suis laissé glisser dans le verglas de Pierre et ne me suis détendue qu’à la fin du roman de Katia. Je me suis tapé sur les cuisses de rire en lisant l’histoire, les histoires devrais-je dire, de Kim Lange décrites avec l’humour grinçant d’un certain David et le dernier Châtelaine de ma chum fut dévoré avec appétit, spécial gens d’ici à découvrir et tout et tout ! oui oui, le Châtelaine !


Notre activité principale consistait à se sauver de "l’Annimaçionne" agressive et des hauts-parleurs à deux doigts d’exploser, de ne manger que des « ingrédients » (tout ce qui avait l’air d’un plat cuisiné était louche), de spotter les serveurs-euses généreux en alcool et de demander, le cœur plein d’espoir si il y avait enfin des mojitos (la plus grande légende urbaine de Varadero) pour se faire faire un air d’exaspération mal camouflé à tout coup ! Ah oui ... C'est officiel, il n'y a plus de salsa à Cuba, qu'on se le dise ! Reggeaton is the new black ! Désespoir ...

Il a fait beau et chaud, le ciel était toujours bleu, le vent toujours bon, une fois que nous avons découvert le Spa et sa musique « Japonaise- chant de baleines-ritournelle de massage », les chaises matelassées et le jacuzzi frais, on a cessé notre chorégraphie piscine1-plage-piscine2 et avons campé nos corps fatigués dans ce dernier bastion du silence et du calme, chassant tout intrus parlant fort avec nos regards haineux et chargés comme des Kalashnikovs. Ça a fonctionné à merveille à chaque fois sauf une, avec des Allemands ventripotents et tapageurs qui avaient autant d’antennes qu’un bloc de ciment. Citation de la semaine et mentra à retenir : "Hug a palapas !" en cas de déprime saisonnière ou de nerfs en boule, ce sera toujours très winner !

En gros, on a eu du fun, Big time !!! Et je suis reposée, pleine de vitamine D de source bio et d’accumulation de « cool points » côté dodo. Encore un mois de temps libre à se préparer pour un autre tournage faramineux de 4 mois et plus, enfermée dans un studio pour tout l’été, dans l'air conditionné mucho frio,  à manipuler les plus beaux costumes du monde !

On s’en reparle !

2 commentaires:

Jospeh a dit…

et bien à partir de désormais, les couples lesbiens ne m'arrêteront plus tant qu'un agent n'aura pas pris mes empreintes digitales!!!


bon je blague. Bon retour bella.

La Shirley a dit…

Je sais je sais, c'est mal ... Merci Mister Jospeh !