mercredi 13 avril 2011

La fin approche !

Non non pas 2012 …
Ne vous énervez pas !

Juste la fin de mon dernier film d’hiver en extérieur à vie !
Juste la fin d’un tournage pas facile, géré par un Ostrogothe sans talents sociaux avec en prime, une difficulté à s’exprimer dans la langue de Molière qui lui aura attiré les railleries de ses troupes, tous techs, boss et comédiens confondus. On rêve d’enregistrer ses longues explications douloureuses (pour lui autant que pour nous, hein …) et de faire un mash-up sur la bande annonce avec ! Ce serait pure vilenie mais Dieu que nous ririons !

Mais on n’a pas ce temps-là ! On est toujours dans le jus ! Pas le temps de faire les zouaves ! C’est qu’en plus de Totila Roi des Ostrogothes, on a droit un autre chef qui tant qu’à moi doit être le fils illégitime de Gumby et du Lapin Energizer (on sait tous que ce lapin-là est en fait une lapine), théorie vérifiable si on se mettait à tester son ADN. La mégalomanie a enfin un nom et un visage mais je ne vous le nommerai pas puisqu’il attire les foudres de son équipe qui se pile sur la langue, les rotules à terre ainsi que le reste de leurs parties intimes et j’ai promis de ne jamais faire de movie-pipols-bashing ici. Un acteur américain s'en était déjà occupé anyway.

Il fait un gros film avec zéro budget. Des demandes dignes du tournage de Fitzcarraldo. Personne ne l’arrête. Tout son monde court les bras dans les airs et évidement on est en retard ! Il a tout de même de bonnes idées mais étant habitué à faire des films de 150 millions et plus, son adaptation au petit film de 9 millions est aussi fâcheuse et désagréable que celle de Totila avec ses troupes en attente d’explications du prochain plan et de la prochaine scène. Bref, il est temps que ça finisse !

J’ai surement oublié de vous jaser du temps passé en voiture pour se rendre sur les lieux de tournage … Une heure le matin, une heure le soir, après 14 heures de présence sur le plateau, dans des endroits exigus et odoriférants quand ce n’est carrément pas malsain mais purée de purée que ça look ! Pour un film épeurant, on ne pouvait pas mieux trouver ! Sauf que j’ai cogné quelques clous au volant de mon bolide et ce, plusieurs fois. La gang des Transports et des Locations sur ce projet se méritent la palme d’or de la patience et du professionnalisme !!!

J’ai quelque fois maudit la grande tolérance de ma Titemère d’avoir toujours respecté ma haine virulente de l’école et de ne pas avoir outre-pousser pour que je devienne neurochirurgienne ou comptable agréée. Il m’a semblé qu’un scrub vert avec un masque dans le visage ou un tailleur/ rang de perle/laptop aurait, des fois, été plus facile qu’une « soute de skidoo » et des gros botterlow dans la vaste forêt enneigée, parfumée au doux fumet de gazoline provenant des moto-chenilles grinçantes et toujours en position pas trop isocèle, pente descendante ou montante ! Mais bon … j’ai vu des docteurs s’évanouir devant des acteurs. J’ai déjà lu qu’après Président des Etats-Unis et Astronaute, tous les métiers du cinéma et de la télévision ex-equo étaient les plus enviés par les gens de la planète entière !

Mais dans une semaine à partir de demain, ce sera fini. Fini les jokes en gang, fini les papotages thérapeutiques, les grincements de dents moqueurs et les dos meurtris, les câlins matinaux et les jeux décérébrés du style « La fin du monde arrive, on est les derniers survivants, tu te reproduis avec qui ? », les « Sanewouisss » de notre Craftman et de sa chouette équipe, fini les fous-rires interdits durant les prises, fini le compagnonnage dans l’infortune, le passage de kleenex en cas de débordement et l’entraide digne des plus grands conflits …

Putain que je vais m’ennuyer !
La fin d’un film, c’est toujours triste.

2 commentaires:

Jospeh a dit…

bisou.

Paco a dit…

hang in there! ... mais c'est toujours comique de voir à quel point le sgens en cinoche se plaignent en permanence et quand tout est terminé, parlent de tout ça avec mélancolie et ennuyance. finalement, avouez-le, vous AIMEZ votre job malgré les aspects négatifs ;)