mardi 5 avril 2011

Part des choses et les Grands

Entre Picasso le peintre et Picasso l’homme il y avait un gouffre que seuls ceux qui ignorent la vérité sur ses agissements traversent sans efforts; ils admirent sont art et s’en retournent chez eux avec l’impression d’avoir eu la chance de voir l’exposition d’un grand .
Si on se fie aux dire de sa famille et de son entourage, Picasso était un monstre.

Faire une liste des artistes peintres, chanteurs, acteurs, comédiens, rockstars, sportifs et politiciens qui se sont conduits comme des muffles et qui s’en sortent indemne aux yeux de tous serait un travail titanesque et je n’ai ni le temps, l’envie et les ressources pour faire ce genre de catalogue sombre et assez déprimant en bout de ligne.

Mais il y a toujours un petit rappel une fois de temps en temps …
Un rappel qui fait faire des petites gorgées sûres …

J’ai déjà écrit ici que ma position privilégiée et l’éthique qui s’en suit m’interdit de bavasser sur les agissements souvent douteux des stars du cinéma sur mon blog et je colle à cette morale comme de la fausse neige sur un technicien en tournage d’hiver à Sacacomie ! Mais on a pas besoin de mon apport pour savoir que l’adage « ONLY RICH PEOPLE CAN AFFORD TO BE UGLY » est de mise depuis que le fric existe, que les rangs sont observés et que le pouvoir sous toutes ses formes fait force de loi (anti) naturelle … Tous les jours des injustices nous sautent aux yeux.

Mais quand les grands de ce monde frappent, injurient, abusent, humilie et tutti quanti, on dirait que les gens en général, une fois bien insurgés, oublient … Une fois qu’ils oublient, ils recommencent même à célébrer les Grands. On va voir un boxeur incestueux avant qu’il ne passe ne court pour lui faire une claque amicale au dos et le sommer de « Ne pas lâcher » ! On alimente le compte Twitter d’un acteur connu pour ses frasques de dope/prostituées/brosses/retard au boulot/violence conjugale mais aussi parce qu’il nous fait tellement rire dans sa série télévisée et on le « Like » jusqu’à s’user l’index sur sa page Facebook.

Marc Cassivi se pose cette question dans son article sur l’affaire Cantat-TNM dans La Presse : -« On ne parle pas que de morale. On parle aussi d'art. L'art est au coeur du débat. N'en déplaise aux moralistes, il y a une distinction à faire entre l'homme et l'oeuvre. Louis-Ferdinand Céline était un misogyne doublé d'un antisémite. Il a écrit ce qui reste probablement le plus grand roman français de l'histoire. Faut-il se priver de Voyage au bout de la nuit sous prétexte que son auteur était monstrueux? Faut-il interdire la projection de Répulsion dans les écoles de cinéma parce que Roman Polanski a violé une mineure? Faut-il empêcher Bertrand Cantat, un meurtrier, mais aussi un chanteur, de chanter? Peut-on donner une deuxième chance à un criminel repenti? »

Martin Petit y va d’une analyse tout ce qu’il y a de plus terre à terre quant à l’art et les hommes, les pours et les contres, Josée Blanchette signe tant qu’à moi le billet le plus sensible et capte toute la grande, trop grande peine qui découle des actes de folie des hommes violents face aux femmes, trop souvent leur femme ! Celles qu’ils disent aimer …

Je fais malheureusement partie de ceux qui ne font pas la différence entre un homme et son œuvre, il y a un piton on-off dans mon cœur et un batteur de femme ne me verra jamais l’encourager, je n’applaudirais plus un meurtrier, je n’accrocherais pas de dessin d’un abuseur et je n’irais jamais voir un asshole au cinéma,je n’écoute pas de gros ganstarapper célébrer le proxénétisme, je n’achète plus de vêtements chez Lululemon parce qu’ils encouragent une secte et je m’abonnerais jamais au compte Twitter d’un Troll plein de haine qui menace les vedettes Quebecoises.

 Pas par « judéo-chrétiannisme » ou par pudibonderie, non, mais bien par empathie pour celles qui mangent une volée, pour la famille en deuil, pour ceux et celles qui ont perdu un être cher, des enfants qui ont perdu leur mère, pour ceux et celles qui ne dorment plus la nuit, un nœud de peur dans le ventre. Suffit de voir une seule fois, une femme qui vous est chère le visage tuméfié, le pouls faible, les os cassés, les yeux pleins d’eau, une seule fois.
Suffit d’un grand ami assassiné pour savoir que le pardon et la réinsertion c’est comme imaginer que le Mcdo c’est bon pour la santé.

Je fais d’abbord et avant tout parti d’un groupe d’enragés qui considère que tout le monde devrait être traité pareil. Et c’est là que mon beau Yves Boisvert arrive avec toute sa pertinence et son assiduité dans l’information. Paraitrait que Rockstar ou non, tu ne seras pas bienvenue en terrain Canadien Monsieur le Chanteur-Assassin …
Je souhaite pour une première fois qu’un théâtre soit vide, malgré tout le talent du metteur en scène et l’ouverture d’esprit de Mme Pintal …

Des solutions ? Si personne n’en a vraiment trouvé, qui suis-je pour donner mon avis ?
Mais monter sur un stage et générer des applaudissements ? J’ai vraiment un problème sépulcral avec ça … Je ne réussis plus à faire la part des choses et plus ils sont Grands, pire c’est.

12 commentaires:

Josée a dit…

Très juste,

On peut dire que les 4 années de prison sont finalement moins pire que les dizaine d'années en prison dehors. Ça s'appelle aussi vivre avec les conséquences de ses actes

vanessa a dit…

effectivement, ca ne doit pas être facile pour les victimes et pour leurs proches de devoir subir la popularité de leurs agresseurs. J'imagine que ca doit leur enlever une certaine reconnaissance des tords qui leur ont été causé et j'espère ne jamais avoir a marché dans ses soulier-là. Mais je crois beaucoup en la réinsertion sociale, la réhabilitation et le pardon. Et je crois qu'une personne qui a commis un crime, qui a réellement reconnu les tords qu'elle a causé, célèbre ou pas, a le droit a une deuxième chance. Vivre avec la culpabilité est une punition qui va les suivre pour le reste de leur vie. Mais encore faut il qu'elle reconnaisse ses tords...

La Shirley a dit…

@Vanessa: Comment admettre ses tords si y'a plein de monde qui t'idolâtre ? Pas sure que ça doit rendre quelqu'un de bien équilibré toute cette fête qu'on leur fait, je sais de quoi je parle, j'en croise un par film du monde de même ... enfin ...

vanessa a dit…

je dois dire que les délinquants que je rencontre ne sont pas du tout idolâtré au contraire! La réalité d'une vedette qui commet un crime doit être à des années-lumière de celle du délinquant ordinaire.Ta raison, ca ne doit pas être possible de reconnaitre ses tords quand tout le monde te dis a quel point tu es génial, ca doit vraiment être pénible pour les victimes.

Morgane a dit…

Suis d'accord.
Suis d'accord avec les principes et tout.

Mais je dois avouer, c'est plus fort que moi. Un artiste qui ne correspond pas à ma morale, je ne le trouve même plus intéressant. C'est viscéral, c'est inexplicable. C'est juste que la ligne entre l'art et l'homme, elle n'existe pas chez moi. L'homme est entier, même dans le crime. Et je dis homme, puis je ne suis même pas générique. C'est homme, presque tout le temps homme. Je n'ai donc aucun mérite de morale et tutti quanti, c'est automatique.

Si je sais, j'aime plus encore ou je déteste. Cela dépend de ce que je sais.

Morgane a dit…

Bon je me suis relue, me suis pas trouvée claire. pfff, c'est la faute à mes deux verres de vin. C'était clair?

En bref, suis d'accord :D

annemarie a dit…

On peut penser ce qu'on veut de la réhabilitation, je crois qu'il n'a plus le PRIVILEGE d'être une personnalité publique...

La Shirley a dit…

Je pense comme toi annemarie et en plus, il ne met pas seulement sa gueule sur un stage mais dans les journaux que les parents et amis de la petite Trintignant lisent tous les matins !

fouinet a dit…

Personnellement je ne pense pas qu'il a purgé sa peine . Quatre ans emprisonné a dû être pour lui comme un cadeau . Sa peine c'est maintenant qu'il devrait la subir et ce n'est pas en encensant son talent qu'il le fera .

sylvie a dit…

Juste un petit mot de France. Pour moi, on ne peut lui reprocher la durée de sa peine ou sa conditionelle (ce n'est pas lui qui en a fixé la durée : la durée moyenne était de 9 ans, il en a pris 8. Il n'a pas fait appel. Il a obtenu sa conditionnelle en fonction de faits de droit (il l'a même demandé plusieurs mois après y avoir droit) comme son comportement en prison, l'indemnisation des victimes, l'accord sur les obligations comme probationnaire (l'obligation de se taire sur l'acte, et le soin psy). Il a respecté ces obligations. Sa conditionnelle et donc sa peine sont échus depuis le 29 juillet 2010. Il a même prolongé le fait de se taire sur l'acte à la demande de la famille de la victime par engagement signé devant notaire. Il a deux enfants mineurs à nourrir qui n'ont plus de mère. En france, de part la loi, il a le droit (et même l'obligation) de travailler. La famille de la victime ne s'est pas positionné par rappport à son droit ou pas de poursuite de son activité artistique. Mme Trintignant a juste fait partie d'un mouvement de soutien à Polanski (qui lui n'a pas été jugé).

Je ne pense pas séparer complètement l'homme de l'artiste. Je pense plus modestement que je fais avec. Noir désir a été important pour moi pendant 20 ans. Leur musique et ses textes m'ont aidé à des moments où j'en avais besoin. Je suppose que cela joue pour l'aider à mon tour, à ma manière. Je ne juge personne ni ne juge aucune autre opinion, sauf les opinions haineuses (telles celle qui se réjoussaient l'année dernier du décès de son épouse, et que ce soit son mome de 12 ans qui la trouve...). Je crois aussi que je ne peux le réduire, en tant homme, à un acte un jour de sa vie. Je vois ce qu'il a fait avant et depuis. Du moins ce que j'en sais.

La Shirley a dit…

Belle Sylvie, ton propos nuancé est tout à ton honneur mais je continue à croire que malgré son grand talent, il est indécent qu'il se retrouve en position privilégié que le milieu artistique amène à ses ouailles. Qu'il fasse ce qu'il sait faire de mieux mais sous les applaudissements ? Honnêtement, je ne m'y fais pas.Et la loi Française en est une bien moins stricte qu'ici, surement une raison de plus pour nous d'avoir de la misère à l'accueuillir en héros.

Anonyme a dit…

Je suis d'accord avec l'idée de ne pas oublier que, derrière le génie, se cache un être qui a fait souffrir d'autres êtres.
Par contre, j'ai une solution à proposer : Si l'humanité acceptait de comprendre le mécanisme de la violence, la violence ne pourrait plus exister.
Alors pourquoi les humains font-ils violence à ceux qui sont prêts à le leur expliquer ?
Pourquoi montre-t-on du doigt ceux qui disent qu'un pédophile était un enfant sexuellement abusé ?
Pourquoi insulte-t-on ceux qui prétendent qu'un homme ne frappe pas sa femme s'il n'a jamais vu une femme être frappée ?
Pourquoi vouloir les punir, si on peut éradiquer le problème en l'EXPLIQUANT à tout le monde ?
Le meilleur moyen d'éradiquer toutes les violences de notre monde, ce serait de cesser l'éducation des enfants par la violence, qu'elle soit corporelle ou affective.