mardi 19 octobre 2010

Editorial de la Reine au Dépôt 2

L’arrachage va bon train ! On découvre plein de choses fascinantes mais pas d’argent caché dans une vieille enveloppe brune, non … On découvre en fait quelques bobos mais rien d’alarmant. Sauf que …

Rien à faire, on ne pourra pas passer à côté des T.Q.A.F. et de leurs causalités.
C’est les T.Q.A.F qui vous font engraisser le budget des dépenses. On se dit, tiens, Tant Qu’À Faire … et on le fait ! Mais purée de nom de Dieu j’ai pas gagné le million moi, Zamouri non plus ! C’est combien la 6/49 ce Vendredi déjà ?

Bon je me calme. Je vois tout cela comme une grosse chirurgie esthétique de la cinquantaine du niveau « ça-y’est-docteur-on-y-est-remontez-moi-tout-ça » et que ça saute ! Une fois sur la table d’opération, le docteur en qui vous avez une confiance aveugle vous annonce qu’il pourrait vous refaire le nez par le fait même, vous étirer les yeux un peu triste vers le haut et vous donner un regard de biche, vous implanter un peu de cheveux là où il n’y en a plus et vous repulper le kisser qui en a franchement besoin, non mais tant qu’à faire. Bon, bon, puisque vous l’dites …

Mais c’est pas tout ! Une fois la face bien ouverte on vous découvre un petit mélanome, oh rien de bien affolant mais vaudrait mieux y remédier tout de suite, ça pourrait devenir plus grave avec le temps. Mais faites, faites pardi ! Je veux être belle ET en santé !

C’est donc dans cet optique que je devrais rencontrer des plombiers experts en chauffage au gaz qui me feront des devis pour tout « switcher » de bord, changer mon chauffe-eau qui m’a sauté dans la gueule cet après midi, jack-hammer le plancher pour installer une nouvelle salle de bain et surtout, surtout , essayer de comprendre leur langage étrange qui se parle en chiffres et en mots, anglais et français, aussi accessible que les lectures Saintes manuscrites de la Septante ou le langage des Dauphins (ben oui, ils parlent dis donc !) . J’ai beau prendre des notes, je me relis et je n’y comprend plus rien 10 minutes plus tard …

J’ai déjà mal partout, je pense me remettre à la vente de drogues illicites ou encore à vendre ce qui reste de bon de mon corps à des messieurs biens et propres de leurs personnes n’ayant pas des goûts trop singuliers, mon Zamouri fera pareil de son bord, on est d’accord et on mettra le pécule dans la marge de crédit pour tous les T.Q.A.F à venir …
Mais si quelqu’un avait une autre idée flamboyante comment faire plein de "cash-vite-fait" et de façon légale, je prends toutes les propositions en bonne note, croyez moi …

2 commentaires:

claude a dit…

Lâche pas ma Shirleyyyyyy
Je regarde ça de loin, ça me fait sourire!

À chaque fois on oublie comment ça se fait, la poussière, le bruit et tout se monde qui vont et vient dans ton intimité. On a toujours ces bonnes intentions de garder l'entreprise dans le gousset prévu...mais on y arrive jamais!! ça s'appelle les bonnes intentions.

Dans quelques semaines quand tout sera fini, quand tout les corps de métiers seront parti, blotti au creux des bras de ton Zamouraï tu regarderas le beau travail heureuse et contente et tu te diras c'est la dernière fois, jusqu'à ce que tu recommence un autre projet, comme quand tu recommence un nouveau film.
On a besoin de se donner du mal, c'est comme rien!!!

Le Biquet qui viens d'atterrir à Vancouver, de retour de la Thaïlande et qui revient sur Montréal en auto.

La Shirley a dit…

Ahhh Biquet ! Ça va être beau ! Je te jure qu'à chaque fois qu'on enlève un p'tit bout de ce que tu avais fait pour Mr Fiss, on parle de toi et on dit tous la même affaire : on s'ennuiiiiiiiiiiiiie !
xxx à tout de suite !