dimanche 20 mai 2012

Le Cercle Bleu



Dès le début du conflit étudiant, ma tête était ailleurs, loin des mécontentements. Trop occupée à panser mon cœur en charpie, les échos d’une chicane entre étudiants et gouvernement me semblaient tellement futiles face à la montagne de douleur que j’avais à surmonter que je ne m’y suis pas attardé ou si peu …

Miss Destiny m’a mis un voyage de job sur le chemin de la guérison et je m’y suis agrippé comme si ma vie en dépendait, amenant son lot d’activités professionnelles foisonnantes qui me tenaient loin des idées moroses et de la bisbille croissante. Elle a aussi remis l’homme que j’aime bien en place dans ma vie nouvellement bousculée. Tourbillon, tourbillon ! Autant dire qu’une réflexion sur l’augmentation des frais de scolarité passait en énième dans mes  priorités. J’avais tellement d’autres drinks à shaker !!!

Puis l’Espagne et son tournage farfelu dans des locations apocalyptiques avec des inconnus. Mais toujours mes journaux électroniques à reluquer au passage pour me rendre compte que la pagaille était prise dans mon chez nous natal … Les statuts Facebook enflammés, les obstinages qui virent en querelles, les amis virtuels qui se « unfriend », les vidéos d’informations démagogiques, les cris du cœur, les drama-queen, les carrés rouges, verts, jaunes, blancs et noirs, des articles à toutes les sauces massivement déployés et d’autres injustement oubliés. Des connaissances qui ne me paraissaient pas politisés auparavant devenant des émules diluées de Chantal Hébert, des gens ultra politisés devenus enragés et sans nuances et d’autres qui menacent de déménager en Suède !



Ça y’est, il n’en fallait pas plus pour que je me mette à lire TOUT ce que les journaux avaient à dire, à bouffer du lien internet sur qui est qui , qui dit quoi, faire analyser certains contenus qui me laissait pantoise par des spécialistes du sujet choisi (économie, socio, politique toute couleur confondue) et essayer tant bien que mal de me faire une opinion, la mienne, pas celle de mon homme, pas celle de ma famille, pas celle des émotifs drapés dans la vertu, pas celle de ceux et celles qui mélangent tous les sujets, pas non plus celle de la vieille garde archi conservatrice, la mienne d’opinion. Je me suis officiellement posée les questions : Hey Shirley ? Tu veux quoi toi comme Province ? Tu veux quoi comme vie Occidentale avec tout ce que ça compte de bien et de moins bien ? Tu veux qui comme PM ? Tu veux quoi comme droit fondamental ? Qu’est-ce que tu veux voir changer, qu’est-ce que tu souhaites garder de tes acquis ? As-tu un carré d’une couleur précise à porter ?

Et c’est là que j’ai eu une illumination tendance artistique ! J’ai fait des recherches basics sur les formes géométriques et sur les couleurs. Pas mal pour une introspection personnelle hein ? J’en ai conclu que je porterai dès ce jour un Cercle Bleu. Puisqu’aucun de ces groupes beuglants leur colère ne m’a épatée à ce jour, je me lèverai seule, tel David devant un Goliath multicolore, ne me laissant pas séduire par les mots joliment enlignés des bien-pensants, je ne me laisserai pas embrigader par les potes de Marine Lepen, je ne lancerai pas de boule de billard au corps policier et je n’arriverai pas à me positionner en plein milieu, me faisant l’arbitre de tous ces groupes aux idéaux bien brumeux et je ne tenterai pas d’arrêter la fougue de mes enfants qui malgré tout, issue pas issue, auront de belles histoires à raconter à leurs enfants. Non …

Si il faut me mettre dans une case, m’étiqueter à tout prix, me forcer à prendre un camp, je devrai inventer mon propre royaume avec son propre drapeau ! Parce que mon idéal n’est nulle part en ce moment ! Je me sens seule ! Très seule ! En plus de tout mélanger en politique (municipal, provincial et fédéral), de ne rien y connaitre, j’avoues que je suis prise dans mes rigidités d’apprentissage; si c’est pas l’fun, je comprends rien, je n’apprends pas et je ne retiens le un millième des infos. Comme 80% de la population quoi … Je suis donc bien mal barrée pour y voir clair.

Par contre, je suis juste assez curieuse et instinctive pour me rappeler de ce qui est important pour moi et les autres et de m’intéresser à savoir comment le reste du monde vit. Liberté, égalité, paix, amour, santé et nourriture ! On dirait presque des vœux de bonne année !

C’est basic en tabourette ! Sauf qu’on a pris ça pour acquis. La personne qui me représenterait le mieux n’existe pas. Si je devais la construire moi-même, cette personne aurait la résilience et le courage de Pauline, la rigueur intellectuelle de Bachand, le front de Legault, le feu de la passion de Duceppe , la solidité de Parizeau, l’entrepreneurship de Charest (oui oui) et l’intelligence de la vision de René Lévesque. Elle aurait comme médecin de famille Amir et comme ministre de l’agriculture Elizabeth, aux services de la famille la belle Françoise et Mr Tremblay aux relations publiques, lui capable de nous faire passer pour gentil les pires trou-du-cul de la Ville de Montréal et pour finir, nos 3 mousquetaires étudiants comme recteurs d’Université ! Maintenant que mes élans de Docteur Frankenstein sont aboutis, je dois y mettre un logo, tout bon projet a son logo right ?!?

Le Cercle  (définition au milieu de la page )

Bleu (définition complete de la couleur , le reste des couleurs utilisées durant ce conflit sont à lire aussi)

Confirme trop bien ma pensée, mon idéologie de garder mes acquis, d’aérer le pourri, de s’enrichir chez nous avec tout ce que notre bout de planète contient de fabuleux, de donner une chance à ceux qui n’en n’ont pas, de laisser un peu plus de responsabilité à chaque citoyen, de ne pas tout faire gérer par un état-roi, de changer ce qui ne fonctionne plus, de décrotter la gangrène ambiante au sein des dirrigeants, accepter que ceux qui travaillent fort récoltent le fruit de leurs efforts sans passer pour  louches, être fiers de ce que nous sommes, inviter les autres à bras ouverts sans les transformer en fardeau, être conciliant devant une main tendue mais rester ferme si il y a de l’abus, se serrer la ceinture un peu, inventer beaucoup !

Comme d’habitude, je n’apporte pas de solution concrètes, je ne me prends pas pour une économiste, je ne me targue pas de conscientiser la masse et je ne blâme pas tout le monde non plus. J’en ai juste marre de la gronde, je n’en peux plus de la démagogie, j’ai soif de vérité et de justice POUR TOUS, pas juste pour le clan qui gueule le plus fort …



En gros, je veux la paix dans le dialogue et dans la recherche active changement. Mais tout le monde se chicane et moi la chicane, j’haïs ça !


4 commentaires:

Josée a dit…

Moi aussi

Maïmo a dit…

C'était le symbole du 22 avril 2012:

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=398922776802259&set=a.380749188619618.102161.325273804167157&type=3&theater

La Shirley a dit…

HA !!! Encore mieux !!! Une belle touche écolo en prime mais pour éviter le plagiat j'u ajouterai un contour rose pour la joie ...

Grand-Langue a dit…

Votre démarche est beaucoup plus subtile que la mienne.

Il m'est venu à l'idée de fermer nos universités. Ainsi nous n'aurions plus rien à financer et il n'y aurait plus de frais scolaires à payer!

Grand-Langue